Daniel est l’un des bénévoles les plus investis du club. En 46 années de bénévolat, il a vu passer un grand nombre de joueurs, dirigeants et entraineurs. Nous avons choisis aujourd’hui de l’interroger, pour comprendre un peu mieux son investissement.

Bonjour Daniel, tu es secrétaire général du club, aujourd’hui à la retraite, ton métier était fonctionnaire de police. Peux-tu un peu nous parler de ton parcours dans notre association et depuis combien de temps es-tu SG ?

Je suis rentré au club d’abord en tant que joueur, et j’ai décidé d’intégrer le staff en 1975. Toujours intéressé pour être auprès de nos plus jeunes, je m’investissais plus ou moins celons mes disponibilités du moment.

Mais il y a 15 ans, l’ancien président du RELM, Romain Tremblay, m’a embarqué un peu plus dans le bénévolat. J’ai notamment longtemps été Manager Juniors-Cadets, et je suis depuis 3 ans Secrétaire Général.

Quelles est ton rôle tout au long de l’année ?

Il est multiple, je ne suis pas seul pour faire tout cela, comme dans toute association, on essaie tous d’avancer ensemble.

En début de saison je suis responsable des licences, de leurs créations, à la validation et gestion des dossiers, en passant par les relances auprès des joueurs. Cela demande beaucoup de boulot.

Ensuite, lors de la saison, je m’occupe de la gestion des matchs (envoi des feuilles de matchs, intendance), des avants matchs (BUS, intendance, contacts fédéraux) et des après matchs (Repas, commissions accidents, commissions de disciplines)

Cela représente entre 3 et 5h par jour, tous les jours.

Pourquoi cet engagement, tu as une motivation particulière ?

J’ai toujours été au club, il fait partie de ma vie. J’ai le temps à la retraite, et je n’aime pas rien faire. Je suis dans l’aventure du ROC depuis longtemps maintenant, et j’aime rester au contact des plus jeunes, il paraît que ça ralentit le vieillissement !

Avec quel genre de personnes aimes-tu travailler ?

Tout le monde ! Je ne suis pas sectaire, et j’aime le contact humain, je suis vraiment ouvert. Du moment que la personne communique de bonnes ondes, je m’adapte et travaille avec !

Quel est ton avis sur l’évolution du rugby amateur ?

Je regrette un peu la perte de l’esprit de « village » dans les grosses divisions amateures. En effet, notre monde se professionnalise de plus en plus, de la préparation physique des joueurs, en passant par les contraintes administratives et financières d’organisation. Cela a de bons côtés, mais je sens l’esprit Rugby, qui m’est si chère, parfois battre un peu de l’aile.

As-tu un petit mot pour encourager de nouveaux bénévoles pour rejoindre le ROC ?

Toute bonne volonté et bonne humeur est bienvenue !! Nous sommes accueillants, jamais trop loin d’une bonne table pour s’hydrater et manger un morceau. L’équipe dirigeante actuelle est très bienveillante et nous nous efforçons de maintenir au plus possible cet esprit rugbystique.

Tout le ROC remercie Daniel, véritable pilier du club, pour son engagement.